Né il y a quelques mois déjà, le réseau Innover en Baronnies provençales rassemble aujourd’hui plus de 70 contributeurs : entrepreneurs ; techniciens de... Une étude-action dédiée aux tiers-lieux sur le territoire des Baronnies provençales

Né il y a quelques mois déjà, le réseau Innover en Baronnies provençales rassemble aujourd’hui plus de 70 contributeurs : entrepreneurs ; techniciens de collectivités ; élus(es) ; salariés ; responsables associatifs ; artistes (…). Par le fait même de communiquer sur son existence et d’avoir ainsi acquis une certaine visibilité, ce réseau incite des porteurs de projets à rejoindre ce réseau. Un certain nombre de projets de tiers-lieux sont désormais portés par les acteurs de ce territoire qui rappelons-le, couvre la Drôme provençale, le sud des Hautes-Alpes et se veut ouvert aux acteurs des territoires voisins.

Carte du Parc Naturel Régional du Parc des Baronnies

Carte du Parc Naturel Régional du Parc des Baronnies

Le développement actuel des tiers-lieux n’est pas sans rapport (c’est un euphémisme !) avec les transformations générées par la révolution numérique. Avec le déploiement des réseaux et des outils connectés, les activités de travail ne sont plus exclusivement cantonnées aux bureaux et locaux de l’entreprise. Et ce d’autant plus que depuis quelques années nous assistons, y compris en milieu rural, à une augmentation du nombre d’auto-entrepreneurs et de pluri-actifs, ainsi qu’à un accroissement du télétravail et des situations de « nomadisme » professionnel.

Il convient d’ajouter que ces projets de tiers-lieux témoignent ici, comme partout ailleurs, d’une volonté de plus en plus partagée et affichée, de s’inscrire dans des démarches collaboratives, coopératives et ouvertes, favorisant l’échange des savoirs et la mutualisation des ressources. Dans ce contexte de mutation du travail – et plus largement du tissus économique et social – la question est alors de savoir comment sur ce vaste territoire rural voire hyper-rural[1] que sont les Baronnies provençales, soutenir, accompagner ces innovations dont les tiers-lieux sont une des incarnations ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous sommes partis du postulat suivant : Plutôt seulement que de concevoir ex nihilo un ou des « tiers-lieux-modèles » sur ce territoire, évaluons d’abord la capacité de structures et de lieux existants à se métamorphoser en s’ouvrant à d’autres services et fonctions. Pour le dire autrement : l’enjeu n’est-il pas précisément d’explorer et de faire éclore les potentialités de « tiers-lieuisation »[2] des lieux déjà existants et de susciter de la sorte d’autres vocations chez celles et ceux qui gèrent et animent ces structures locales ?

Dès lors, le parc des Baronnies provençales (en référence à sa charte[3]) a pris l’initiative de mener une étude-action collaborative sur un certain nombre de sites pilotes du territoire. Nous avons à ce jour identifié plusieurs structures au sein desquelles il va s’agir de recueillir des informations (taux de fréquentation ; typologie des publics ; identification des besoins…), mais également d’expérimenter de nouveaux usages des espaces pour y accueillir et y accompagner des coworkers et des télétravailleurs. D’autres services et fonctions pourront en outre être testés au sein de ces espaces mis à disposition comme par exemple des ateliers collaboratifs de réparation (repair café), de bricolage ou de prototypage (fablab).

Bien que distincts à bien des égards les uns des autres, ces lieux, ces structures, sont en revanche tous déjà relativement hybrides, offrant une palette de services et d’espaces à des publics variés. Un des sites pilotes qui a accepté de se prêter au jeu est le Point Info Jeunesse de Buis-les-Baronnies. Cette structure d’accueil et d’information au sein de laquelle se trouve un Point Cyb, a été approchée par des salariés à la recherche d’un espace de travail. L’équipe municipale a alors élaborée pour l’occasion une convention permettant d’inaugurer au sein du PIJ, un espace dédié au coworking.

D’autres sites pilotes sur le territoire des Baronnies provençales sont potentiellement concernés par cette étude-action collaborative : les RSP/MSAP de Serres et de Laragne (05) ; les lieux gérés et animés par ASOFT et AVENTIC (Nyons ; Sahune ; Rémuzat et d’autres communes de la Drôme) ; l’Espace Rural Numérique de la Vallée de l’Oule à Montmorin (05).

Cette étude-action d’une durée de 4 à 6 mois se conclura par la rédaction d’un document commun synthétisant pour l’ensemble des sites pilotes, les données qui auront été recueillis ainsi que les résultats des expérimentations qui auront été conduites. Gageons que ce rapport d’évaluation donnera trace à la dynamique des tiers-lieux. L’ambition est qu’il soit utile aux acteurs des Baronnies provençales pour faire avancer les projets de tiers-lieux et les inscrire dans la durée.

Une des finalités de la démarche soutenue par le Parc des Baronnies provençales consiste à développer des coopérations entre les protagonistes de ces lieux. Cela passe d’abord par l’interconnexion des tiers-lieux du territoire via des rencontres informelles, des réunions et du travail collaboratif via des plateformes en ligne. Mais à l’heure de la réticulation numérique, les coopérations doivent aussi être pensées à différentes échelles géographiques. C’est la raison pour laquelle le réseau Innover en Baronnies provençales a vocation à coopérer avec d’autres réseaux de tiers-lieux sur d’autres territoires. Sans doute d’abord avec ceux qui nous sont les plus proches dans la Drôme[4] et en Ardèche[5].

 

[1] http://www.territoires.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_a_bertrand_vdef.pdf

[2] En référence au projet SoftPlace de la FING : http://reseau.fing.org/groups/profile/161884/softplace

[3] III.4.4 : Accueillir de nouveaux actifs en facilitant la pluriactivité, le développement du télétravail et des services en ligne (Charte du Parc naturel régional des Baronnies provençales, Objectif 2027, page 94).

[4] http://www.cedille.pro/

[5] http://www.latrame07.fr/

serge jamgotchian

Je contribue au développement des tiers-lieux et des nouveaux modes de travail. Mes interventions consiste à promouvoir, explorer et accompagner les démarches et les projets qui, sur les territoires péri-urbains et ruraux, favorisent :

– le développement du télétravail ;
– la création et la pérennisation d’espaces de travail partagés (coworking), de conciergeries de territoires et autres lieux d’innovations ouverts et agiles ;
– l’accroissement d’externalités positives (pollinisation*) pour l’économie locale ;
– la redynamisation des centres-bourgs ;
– des modes de déplacements doux et la réduction des mobilités pendulaires domicile/travail ;
– les pratiques de mutualisation, de partage, de coopération ;
– les usages participatifs et contributifs via les outils et plateformes numériques ;
– le développement des compétences et des capacités individuelles et collectives ;
– les modèles d’organisation apprenante ;

J’ai co-réalisé en 2016 une étude dédiée à la relation Parcs naturels régionaux et Tiers-lieux pour le compte de la Fédération nationale des PNR [http://www.parcs-naturels-regionaux.fr/centre-de-ressources/document/les-parcs-naturels-regionaux-des-territoires-dinnovations-pour-le]

Mon profil sur Linkedin –>https://fr.linkedin.com/in/serge-jamgotchian-836a8452

No comments so far.

Soyez le premier à laisser un commentaire ci-dessous

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *