Mardi 18 octobre, la Maison sociale des 3 Vallées sur la commune de Curnier a accueilli une trentaine de personnes venues participer à une... Un projet de tiers-lieu dans le Haut Nyonsais : une dynamique locale inspirante et inspirée

affiche-curnierMardi 18 octobre, la Maison sociale des 3 Vallées sur la commune de Curnier a accueilli une trentaine de personnes venues participer à une rencontre publique destinée au lancement d’un projet de création d’un tiers-lieu dans le Haut Nyonsais. Un territoire qui se situe au croisement des vallées de l’Eygues, du Bentrix et de l’Ennuyé, au cœur des Baronnies provençales.

C’est sous l’égide de trois associations locales – AVENTIC, DECOR et l’AASHN – que cette manifestation  inaugurale a été organisé pour initier une dynamique au service des habitants du territoire. Les personnes présentes – sans oublier celles intéressées bien que n’ayant pas pu venir à ce rendez-vous –  sont à la recherche de lieux partagés, mutualisés pour co-travailler, coopérer, échanger des savoirs et des services, mais aussi tisser des liens sociaux et amicaux dans un cadre chaleureux et propice à la fertilisation de projets.

Des invités inspirants

Plusieurs intervenants venus de territoires voisins étaient invités à témoigner de leurs expériences au sein de deux tiers-lieux emblématiques dans la Drôme, ainsi qu’à l’échelle d’un vaste territoire ardéchois.

Nicolas Dupuy et Géraldine Fiori représentants de La Trame ont exposé la démarche initiée par le Pays de l’Ardèche méridionale visant à promouvoir le coworking et à accompagner les porteurs de projets – les travailleurs solos – de ce territoire rural par certains égards comparable à celui des Baronnies provençales.

Laure Besson, l’animatrice de l’Usine Vivante à Crest était présente pour parler de la genèse de ce tiers-lieu hybride ayant redonné vie à une friche industrielle aujourd’hui investi par de nombreux entrepreneurs, artisans et associations.

Enfin, Luc Briatte de Latelier a présenté ce lieu situé en plein centre de Die où résident des coworkers et des télétravailleurs cohabitant entre autre avec des amateurs de bricolage, de bidouillage.

Des participants inspirés

Quatre ateliers étaient ensuite proposés autour de quatre thèmes constitutifs de ce que pourrait demain abriter un tiers-lieu sur le territoire du Haut Nyonsais :

  • 1 atelier dédié aux « Espaces de travail partagés » animé par Serge Jamgotchian (AVENTIC / Réseau Innover en Baronnies provençales)
  • 1 atelier dédié aux « Pratiques culturelles » – animé par Maud Coatrieux (DECOR)
  • 1 atelier dédié aux « Services au public » – animé par Valérie Largeron (AASHN)
  • 1 atelier dédié aux « Échanges de savoirs et de pratiques » – animé par Géraldine Savignat (AVENTIC)

Ces ateliers ont mis en évidence les aspirations et les idées des participants pour ce qui concerne autant la sphère économique et professionnelle que la vie sociale et culturelle du territoire. Il est ainsi apparu notamment, des attentes fortes pour le développement de lieux ouverts, favorisant la mutualisation d’espaces et le partage de compétences et d’outils. L’hypothèse d’un café culturel a également recueilli l’assentiment de plusieurs participants.

Parmi les contributeurs de cette soirée, le directeur d’une entreprise locale a évoqué son projet d’investir une friche industrielle de plusieurs milliers de m2 à proximité des locaux actuels de la SCOP. Cette démarche, émanant d’un entrepreneur, n’a pas manqué de susciter la curiosité et surtout l’intérêt des autres participants qui pour beaucoup sont issus du monde associatif.

Nul doute que cette initiative prometteuse facilitera la convergence d’acteurs locaux qui jusqu’alors n’ont pas l’habitude de travailler ensemble…à suivre !

Et de nouvelles inspirations à venir…

La rencontre de Curnier va se prolonger sous la forme de commissions de travail en novembre et d’une nouvelle rencontre publique en décembre. Outre les 4 commissions thématiques, va se mettre en place une Commission « Prospective » chargée à la fois de communiquer sur le projet auprès des communes et d’autres instances et d’explorer les scénarios possibles et souhaitables (s’agissant en particulier du foncier) pour ce futur tiers-lieu.

Soutenu par le Parc naturel régional des Baronnies provençales et « pollinisé » par le réseau Innover en Baronnies provençales, ce projet participe d’un phénomène sociétal se traduisant par le développement (dans les villes comme dans les campagnes) de lieux innovants et hybrides qui, comme le montre le remarquable livret final de l’expédition Softplace de la FING, est un des effets (ce n’est certes pas le seul) des mutations générées par le numérique.

 

 

 

serge jamgotchian

Je contribue au développement des tiers-lieux et des nouveaux modes de travail (coworking, télétravail...). Les espaces de travail partagés et autres lieux favorisant les mutualisations, les échanges et les coopérations, sont à mon sens des indicateurs et des accélérateurs d'innovations sociales à l'échelle d'une ville, d'un village, d'un EPCI ou d'un Parc naturel régional. Mon approche vise à promouvoir, accompagner, explorer et polliniser les démarches et projets innovants au service de l'intelligence collective et de l'inventivité des acteurs territoriaux. J'ai co-réalisé en 2016 une étude dédiée à la relation Parcs naturels régionaux et Tiers-lieux pour le compte de la Fédération nationale des PNR [http://www.parcs-naturels-regionaux.fr/centre-de-ressources/document/les-parcs-naturels-regionaux-des-territoires-dinnovations-pour-le]

No comments so far.

Soyez le premier à laisser un commentaire ci-dessous

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *