Les Conseils Généraux de la Drôme et l’Ardèche, après avoir créé le syndicat ADN et déployé un réseau de collecte fibre, se sont une...

Les Conseils Généraux de la Drôme et l’Ardèche, après avoir créé le syndicat ADN et déployé un réseau de collecte fibre, se sont une nouvelle fois associés pour écrire un SDTAN bi départemental infrastructures. La particularité de ce SDTAN, au regard de la plupart des territoires français, c’est d’offrir un volet services et usages prospectif ouvrant des voies de développement innovantes pour tous les acteurs. 

Rédigé et coordonné par l’équipe du Pôle Numérique,  le SDTAN Services et Usages présente le contexte d’évolution de notre société, de plus en plus tournée vers la diffusion, l’accès et la valorisation des connaissances. Un volet diagnostic territorial décrit les attentes et les doutes qui interrogent les différents acteurs bi départementaux, puis des scénarii projettent le développement de secteurs clés comme la culture, le tourisme ou l’éducation dans l’ère numérique. Enfin dans sa dernière partie, le document propose une transition des territoires vers un développement qui prendrait en compte les valeurs phares instillées par la société de la connaissance : ouverture, partage, collaboration, nouveaux modèles sociaux, économiques, culturels…

La concertation à partir de laquelle ce schéma a été élaboré a réuni, pendant près de deux ans, plus de 150 organisations, individus, institutions de la Drôme et l’Ardèche. Les groupes thématiques ont travaillé en mode collaboratif, préfigurant  ainsi  les propositions retenues dans le document final.

Le SDTAN pose une ambition qui dépasse largement le cadre de son obligation légale. Il présente une bonne part des enjeux et des transformations que chacun de nous rencontre dans son quotidien professionnel et personnel.

Les deux départements  prévoient le déploiement de la fibre jusqu’à l’habitant (Fiber To The Home)  à partir de 2015 jusqu’en 2025. Très rapidement, le rôle déterminant des services et des usages numériques devrait s’imposer au plus grand nombre, comme un levier incontournable du développement des territoires, de la ré-employabilité et de l’émancipation des individus.

Le SDTAN services et usages numériques est donc un outil utile à tous, dans la mesure où il fournit un éclairage réflexif et prospectif sur les inexorables mutations à l’œuvre dans notre société et sur l’impératif nécessité de sociabiliser le numérique pour réduire  sa fracture.

Leonard Lenglemetz

Et si on travaillait ensemble, autrement, dans la Drôme ? Je travaille au sein de l'association Le Moulin Digital à Valence sur le développement du coworking et autres formes de travail collaboratif.

  • Raoul Bouteille

    6 décembre 2013 #1 Author

    Comment peux-on faire pour accélérer les choses au niveau local ? Mairie ? Communauté de communes ?

    Répondre

    • bise frédéric

      6 décembre 2013 #2 Author

      bonjour,
      Cela dépend de qu’elles choses vous voulez parler. S’agissant de la fibre, elles sont en marche et 2014 va servir à caler les arbitrages budgétaires pour savoir qui participe aux financements et à quelle hauteur, mais aussi à définir quels sont les territoires prêts à démarrer en 2015 et à l’intérieur de ces territoires par ou on commence. Là ce sont les communautés de communes qui vont travailler le sujet épineux.
      Questions services et usages, j’ai envie de dire que c’est l’affaire de tous dés aujourd’hui. L’enjeu au niveau de l’intérêt général et de faire en sorte que le numérique soit mis au service d’un mieux être pour l’ensemble des catégories sociales et professionnelles. Pour l’intérêt communautaire (les agriculteurs par exemple), cela nécessite l’analyse des besoins par les professionnels et la collaboration avec d’autres publics (dont les consommateurs peut être) pour trouver une réponse qui satisfasse le plus grand nombre.

      Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *