L’idée -plutôt bonne – était proposée par les élus écologistes : favoriser le recours au télétravail lors des pics de pollution. Le Sénat a...

Hémicycle du Sénat

L’idée -plutôt bonne – était proposée par les élus écologistes : favoriser le recours au télétravail lors des pics de pollution. Le Sénat a rejeté l’amendement le 1er juin dernier.

Le télétravail permet d’économiser du carburant, réduit les émissions de CO2 et améliore les conditions de vie et de travail des salariés. Proposer de recourir au télétravail lors des pics de pollution aurait donc pu être considéré comme une solution plausible et pertinente. Pourtant, les sénateurs ont retoqué l’amendement, en lui opposant des arguments de faisabilité et d’organisation. Mais il est possible que l’amendement soit redéposé prochainement.

On apprend au passage que le décret qui permet de mettre en application l’article L1222-11 du Code du travail sur le télétravail est en attente depuis mars 2012…

Lire l’intégralité de l’article

 

 

 

 

 

Viviane Prost

Médiatrice numérique et animatrice du Moulin, espace de coworking du Pôle numérique.

No comments so far.

Soyez le premier à laisser un commentaire ci-dessous

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *