Aujourd’hui 40% de son chiffre d’affaires provient directement ou indirectement du coworking (31% par des clients rencontrés au sein de Betacowork et 9%, par...

Aujourd’hui 40% de son chiffre d’affaires provient directement ou indirectement du coworking (31% par des clients rencontrés au sein de Betacowork et 9%, par des recommandations faites par ces derniers auprès de leur entourage). C’est un bien positif retour pour de maigres dépenses. Cédric estime en effet que ce chiffre d’affaires représente 25 fois ce que lui a coûté le coworking et nous explique pourquoi c’est sans doute le meilleur choix professionnel qu’il ait fait de toute sa vie.

Aujourd’hui 40% de son chiffre d’affaires provient directement ou indirectement du coworking (31% par des clients rencontrés au sein de Betacowork et 9%, par des recommandations faites par ces derniers auprès de leur entourage).

Les événements proposés et les échanges informels autour d’un café sont une formidable opportunités d’apprendre à connaître vos coworkers et leurs activités. C’est alors plus facile pour trouver des compétences dont vous pouvez avoir besoin mais c’est aussi l’opportunité d’être à votre tour recommandé !

Retrouvez l’article sur : www.betacowork.com

Leonard Lenglemetz

Et si on travaillait ensemble, autrement, dans la Drôme ? Je travaille au sein de l'association Le Moulin Digital à Valence sur le développement du coworking et autres formes de travail collaboratif.

  • Factory Forty

    12 avril 2015 #1 Author

    Cet exemple est intéressant mais il ne doit pas faire perdre de vue que le principal intérêt du coworking, c’est de sortir de chez soi et d’avoir une véritable vie sociale en tant qu’indépendant.
    Les revenus générés directement dans le cadre de jobs avec les « collègues » sont relativement faibles pour la grande majorité des coworkers!

    Répondre

  • LeonardLenglemetz

    13 avril 2015 #2 Author

    Disons que lorsque l’on vient dans un espace de coworking, on ne doit pas être dans un état d’esprit « networking/développement commercial ».
    Néanmoins, les espaces de coworking doivent permettre à leurs membres de développer leur activité par la promotion de leurs compétences, l’animation de formations, d’ateliers, de moments d’échange…
    En milieu rural, c’est d’autant plus intéressant car ces espaces sont un véritable outil de développement économique local. Par exemple, Latelier à Die développe un projet de cartographie citoyenne mobilisant les compétences de plusieurs coworkers.

    Ps : au passage, votre tiers lieu a l’air top et donne envie de passer à Bruxelles !

    Répondre

    • Factory Forty

      13 avril 2015 #3 Author

      Je suis absolument de votre avis et me réjouis que le milieu rural ne soit pas oublié.
      Si vous êtes de passage sur Bruxelles, n’hésitez pas à passer nous voir!

      Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *