Qui es-tu ? Julien Lescaux : Je m’appelle Julien, j’ai 33 ans et je suis arrivé à Saillans par un heureux concours de circonstances voici... Julien Lescaux, 33 ans, coworker à Saillans

portrait Julien Lescaux

Qui es-tu ?
Julien Lescaux : Je m’appelle Julien, j’ai 33 ans et je suis arrivé à Saillans par un heureux concours de circonstances voici deux ans, grâce à un ami y habitant. Le lieu m’a plu d’emblée, et un an après cette première visite, je suis venu tenter l’expérience et m’y installer. Il y a plusieurs choses qui me plaisent ici : l’accueil des habitants, la convivialité et les activités nombreuses et variées à l’échelle d’un petit village. Ou encore la dynamique participative de la mairie mise en place en 2014, la beauté de la région… Je n’avais plus envie de vivre en ville (je suis citadin), je souhaitais trouver un lieu à dimension humaine qui ne serait cependant pas enclavé. Mon goût pour la mobilité ainsi que mon activité professionnelle entraînent des déplacements, et la présence d’un axe de circulation et de transports est un atout non négligeable.

J’ai fait une école préparatoire littéraire, puis des sciences politiques, majeure Relations Internationales, spécialité « monde arabe ». Après mes études, j’ai d’abord pris le temps de voyager tout en faisant divers petits boulots, dans l’enseignement et le tourisme : je me suis baladé trois ans en Europe, en Amérique du Sud et en Inde. Puis j’ai rejoint le « monde du travail » dans un emploi passionnant et porteur de sens dans le secteur humanitaire : j’ai été coordinateur de terrain pendant cinq ans pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) au Moyen-Orient et en Afrique dans des pays en situation de conflit armé.
Rentré en France en 2014 avec la volonté de me sédentariser, je me suis alors interrogé sur ma transition personnelle et professionnelle. Cette réflexion m’a amené à m’installer à Saillans et à créer mon entreprise de consultant.

Que fais-tu ?

JL : Autoentrepreneur, j’accompagne des structures par de la formation et du conseil autour de la communication interculturelle. Ce projet, actuellement en phase de développement, me permet de travailler dans différents secteurs d’activité et pour différents types de structures : enseignement, médicosocial et en entreprise. Il s’agit de sensibiliser et de préparer des gens travaillant dans un cadre où ils sont en relation avec des personnes de cultures différentes de la leur, ce qui est de nos jours courant avec la globalisation. À titre d’exemple, avec l’Institut Bioforce, j’assure un module de formation pour des étudiants se préparant à intervenir dans un cadre humanitaire international. Je suis prestataire pour des cabinets de formation qui préparent des salarié(e)s à l’expatriation et au travail au sein d’équipes pluriculturelles. Je complète ce volet transmission par un volet plus opérationnel : je suis également juge assesseur à la Cour Nationale du Droit d’Asile à Montreuil.

Sur le territoire, où je souhaiterais, à terme, orienter certaines de mes activités professionnelles, je suis impliqué dans le développement du coworking à Saillans avec le « 36 ». Et je suis co-président l’Accorderie de Die. J’accompagne également l’association Val de Drôme Accueil Réfugiés dans ses missions auprès des personnes réfugiées.

Lors de mes temps libres (et je m’applique à les préserver !), j’aime, entre autres choses, faire de longues balades en montagne, pique-niquer en bord de Drôme, lire dans mon hamac…

Pourquoi le coworking ?
JL : Parce que je suis intéressé par le concept de « tiers-lieu ». C’est-à-dire de proposer un espace partagé à des personnes pour mener leur activité (aspect coworking), mais aussi et surtout d’avoir un lieu très ouvert et riche de possibles. Cela permet la rencontre entre des personnes ayant des activités et des intérêts variés, désireuses de les partager entre elles et avec l’extérieur.

Seb

Educateur environnement Accompagnateur en Montagne Animateur d'espace de travail collaboratif

No comments so far.

Soyez le premier à laisser un commentaire ci-dessous

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *